PIQUE NIQUE

Module 2 – Reportage 12

Reportage 12: La Bretagne pour vous.

Aller en Bretagne en avion, c’est pas trop facile.

Il vaut mieux prendre le T.G.V. Avec le train à grande vitesse, Rennes est à deux heures de Paris.

Il y a bien sûr des hôtels … mais si vous voulez habiter à moins cher, vous pouvez louer une chambre chez l’habitant.

Si vous pensez rester une semaine ou plus, vous pouvez louer un gîte à la campagne.

(Mme JOPART)

– Bonjour! Bienvenue en Bretagne!

– Vous êtes ici dans la salle commune. Vous avez le coin cuisine, le coin repas. En haut deux chambres et une salle de bains.

Ou alors pourquoi pas habiter sur un bateau ? Comme ça vous pouvez vous promener sur l’eau en même temps.

Mais peut-être préférez-vous marcher dans la nature? …. Pas de problème ….

(Interview Renée Le GUEN, promeneur)

BC: – Madame! Qu’est-ce qui vous plaît en Bretagne?

Dame: – En Bretagne la nature est magnifique. C’est vert, c’est accueillant, il y a partout des sentiers.

Oui, des sentiers il y en a!

Le plus pittoresque est peut-être celui qui fait le tour de la Bretagne en suivant la côte. C’est l’ancien chemin des douaniers.

Pour changer, vous pouvez bien sûr vous promener en forêt … et pourquoi pas à cheval?!

(Interview Jean-Noël BECAM)

BC: – Monsieur, qu’est-ce qui vous plaît en Bretagne?

JNB: – En Bretagne j’aime beaucoup les chevaux, mais je préfère les gens. En Bretagne les gens sont très gentils, très accueillants et très chaleureux.

Une autre possibilité, c’est de rouler à bicyclette sur les petites routes et de dormir dans les auberges de jeunesse.

Et puis évidemment il y a la voile, mais attention aux courants provoqués par la marée!

Enfin, ceux qui ont peur de l’eau peuvent faire de la voile sur la plage!

(Jeune fille en char à voile)

– En Bretagne les plages sont immenses, il y a beaucoup d’espace, il y a presque toujours du vent et j’aime ça.

Des plages immenses, oui!

Mais aussi des petites plages tranquilles. Elles sont très différentes et il y en a pour tous les goûts. Grâce à la marée, les plages sont toujours propres et le paysage change tout le temps.

Et pour les petits, ne vous inquiétez pas, il y a toujours quelque chose à faire.

(Enfants à marée basse)
– … un bigorneau, …
– … j’ai deux étoiles de mer seulement…

– Fais voir …

– Tout à l’heure elle est montée jusque là et elle est retombée.

Pour les grands aussi d’ailleurs.

De plus, il ne fait jamais trop chaud.

Et si vous avez un peu de chance, vous allez même voir que parfois il pleut.

(Chanson: «Ma Bretagne quand elle pleut» par Jean-Michel CARADEC)

Tous les marins qui se souviennent

Des barques qui jamais ne reviennent

Ont une envie de la mer

Quand même au fond des yeux

Qu’elle est belle ma Bretagne

Quand elle pleut

Quand je revois tous ces visages

Je ne sais même plus mon âge

En regardant des photos

C’est fou ce qu’on est vieux

Qu’elle est belle ma Bretagne

Quand elle pleut

 

[button link=»module-2-lecon-12″] précédent Module 2 – Leçon 12[/button]

Module 2 – Leçon 12

Il vend du poisson
Elle achète des peaux Elle en achète trois
Il vend des moules Il en vend quatre cents grammes
Il vend des crabes Il en vend un
Elle achète des robes Elle en achète une
On va déjeuner ensemble Ils vont déjeuner ensemble
-Qu’est-ce que tu vas acheter ?
-Elle va acheter des peaux.
Je vais prendre une galette Il va prendre une galette
-Quand est-ce que vous allez jouer la pièce de théâtre ?
-Ils vont bientôt jouer la pièce.
Je vais prendre Tu vas acheter Il va prendre
Elle va acheter On va déjeuner Nous allons déjeuner
Vous allez jouer Ils vont jouer
Tout de suite Bientôt Demain Dans un quart d’heure
Dans trois semaines Dans deux semaines Dans une semaine

 

[button link=»module-2-reportage-11″] précédent Module 2 – Reportage 11[/button] [button link=»module-2-reportage-12″ color=»silver»] suivant Module 2 – Reportage 12[/button]

Module 2 – Reportage 11

Reportage 11: La fête catholique et profane.

Les grandes fêtes des villes bretonnes, sont presque toujours catholiques. La Bretagne est restée isolée à l’ouest de la France et elle a gardé sa tradition catholique bien vivante.

(La procession)

Saint Yves, notre Père,

Toi que nous implorons

Reçois notre prière

Et bénis tes Bretons

Entends notre prière

Et, nous t’en conjurons,

Sois, à l’heure dernière

L’avocat des Bretons.

Ici à Tréguier, chaque année au mois de mai, on fête Yves, le Saint le plus populaire de Bretagne.

Il est aussi le patron des avocats …. et ce sont eux qui portent le crâne de St Yves au milieu de la procession.

Les costumes traditionnels qu’on mettait autrefois sont maintenant portés uniquement dans les grandes fêtes religieuses, ou les fêtes folkloriques.

(Interview Mme Marie HAZARD)

BC: – À quelles occasions portez-vous votre costume?

Mme H: – Je fais partie d?un groupe folklorique. Je mets mon costume chaque fois que nous dansons ou simplement si je joue de la vielle. Deux ou trois fois dans le mois.

BC: – Vous avez fait votre costume vous-même ?

Mme H: – Non. Mon costume est authentique et de la région. Ma coiffe par exemple c’est le bonnet de Montcontour.

BC: – Parlez-nous de votre instrument de musique.

Mme H: – La vielle est un instrument traditionnel qui de nouveau est utilisé en Bretagne pour les mariages, les pardons, les fêtes.

BC: – Est-ce que vous pouvez nous jouer un petit air?

Mme H: – Bien sûr. Je vais vous jouer “La Dérobée de Moncontour”.

À Montcontour on ne joue pas que de la vielle. Les jours de fête on joue aussi du tambour et de la trompette.

Et même du biniou héroïquement sous la pluie ….

Et quand le soir arrive on va au Fest-Noz. “Fest-Noz” c’est un mot breton qui veut dire “Fêtes de nuit”.

C’est là où les jeunes et les moins jeunes se donnent rendez-vous pour danser les danses traditionnelles.

(Interview Franck LE BOEDEC)

BC: – Vous allez souvent dans les Fest-Noz ?

FLB: – Oui au moins deux fois par mois. Le plus souvent possible.

BC: – Pourquoi ?

FLB: – Pour garder la culture bretonne, pour l’amour de la danse bretonne, on danse en groupe, on se tient par la main, pour la convivialité et c’est chouette.

Non, non …. ce n’est pas fini on va danser toute la nuit.

 

[button link=»module-2-lecon-11″] précédent Module 2 – Leçon 11[/button] [button link=»module-2-lecon-12″ color=»silver»] suivant Module 2 – Leçon 12[/button]

Module 2 – Leçon 11

Il dort Je dors Arrête de dormir
Dormir : Je dors
Tu dors
Il dort
Nous dormons
Vous dormez
Ils dorment
Un poulet Un poulet mort
On se connaît déjà Nous nous connaissons
Je me connais Je m’appelle
Tu te connais Tu t’appelles
Il se connaît Il s’appelle
Nous nous connaissons Nous nous appelons
Vous vous connaissez Vous vous appelez
Ils se connaissent Ils s’appellent

 

[button link=»module-2-reportage-10″] précédent Module 2 – Reportage 10[/button] [button link=»module-2-reportage-11″ color=»silver»] suivant Module 2 – Reportage 11[/button]

Module 2 – Reportage 10

Reportage 10: De la mairie à la ferme.

Il y a en France 36.500 communes, c’est-à-dire 36.500 mairies, donc 36.500 maires, élus pour 6 ans.

Madame Hamon est le maire de Trigavou, petite commune de 833 habitants.

Mme Hamon: – Salut !

Secrétaire: – Salut!

Mme Hamon: – Tu as eu du courrier aujourd’hui? Lucien est passé? Pas de problème particulier?

(Interview Françoise HAMON, Maire de Trigavou)

FH: – Je m’appelle Françoise Hamon. Je suis maire de la commune de Trigavou et aussi agricultrice.

BC: – Expliquez-nous votre travail à la mairie.

FH: – Mon travail à la mairie. Je suis là tous les jours de la semaine de 11h à midi et les habitants de la commune peuvent venir me voir pour diverses raisons. Des trous dans une route, des problèmes d’argent, un permis de construire. Vous savez, un maire s’occupe de tout. Des petits problèmes mais aussi des mariages.

(Mme Hamon au mariage)

– Didier Constant Richard, consentez-vous à prendre pour épouse Mlle Sylvie Marc?

– Oui.

– Mlle Sylvie Marc, consentez-vous à prendre pour époux M. Didier Constant Richard?

– Oui.

– A u nom de la loi nous déclarons que vous êtes unis par le mariage.

Pour se marier en France il faut aller à la mairie. Ensuite on peut faire, comme Didier et Sylvie, une cérémonie religieuse à l’église avant d’aller au restaurant.

La mairie de Trigavou est seulement ouverte le matin,…
… mais la journée de Madame Hamon n’est pas terminée.

Mme Hamon: – Bonjour Denise!

Denise: – Bonjour Françoise!

(Interview Françoise HAMON dans la cuisine)

BC: – Racontez-nous votre journée.

FH: – Alors, ma journée. Je me lève à sept heures. Je prends mon déjeuner. Je vais chercher les vaches. Je les trais. Quand elles sont traites je donne à manger aux poules, puis aux lapins, aux cochons. Et puis là je viens à la maison pour préparer le repas. A onze heures je pars à la Mairie. Puis je reviens vers midi et demie et là je déjeune en famille avec mon mari et mes deux fils. Après il y a la vaisselle, le ménage, le lavage, repassage, enfin tout et tout. Et puis le jardin. Et après, il est vite six heures et demie pour aller retourner chercher les vaches et retraire et je reviens après manger avec toute ma petite famille. Et voilà ma journée.

Mme Hamon (au cochon):– Allez, viens manger!

Les fermes en Bretagne sont le plus souvent des exploitations familiales d’une trentaine d’hectares.

Les poules, les lapins, les cochons et bien sûr les légumes du jardin, sont là pour la consommation personnelle. L’argent vient du lait des vaches et de la viande des jeunes taureaux.

(Interview Gérard HAMON)

BC: – Gérard, vous êtes né ici?

GH: – Je suis né ici et depuis toujours je suis resté dans la ferme.

BC: – Quel est votre travail à la ferme?

GH: – Je m’occupe des jeunes taureaux avec mon père et je travaille sur les terres.

BC: – Et qu’est-ce que vous pensez faire plus tard?

GH: – Je pense reprendre la ferme de mes parents car depuis tout petit j’adore travailler à la ferme et à la campagne.

Bientôt Madame Hamon va marier son fils à la mairie.

Après, Gérard va reprendre la ferme de ses parents.

Et, qui sait, un jour il sera peut-être élu Maire de Trigavou?

 

[button link=»module-2-lecon-10″] précédent Module 2 – Leçon 10[/button] [button link=»module-2-lecon-11″ color=»silver»] suivant Module 2 – Leçon 11[/button]

Module 2 – Leçon 10

Il est né Elle est née
Ils ont fiancés Ils ont mariés Ils sont divorcés
-Tu as habité longtemps à Aix ?
-Oui j’y ai habité trente ans.
Demain il y a répétition Je vais à la répétition J’y vais bien sûr
-Tu vas à Guernesey bientôt ?
-Je vais y aller dans trois semaines.
Jean a écrit la pièce Jean aime écrire.
Écrire : J’écris
Tu écris
Il écrit
Nous écrivons
Vous écrivez
Ils écrivent
Il chante.

 

[button link=»module-2-reportage-9″] précédent Module 2 – Reportage 9[/button] [button link=»module-2-reportage-10″ color=»silver»] suivant Module 2 – Reportage 10[/button]

Module 2 – Reportage 9

Reportage 9: Un paysan de la mer.

Vous reconnaissez la silhouette du Mont St-Michel n’est-ce pas?

Mais savez-vous que c’est ici qu’on produit le plus de moules en France? Oui, ici la production annuelle est de 10.000 T.

Ces hommes sont des mytiliculteurs. Les mytiliculteurs ce sont les paysans de la mer qui élèvent des moules.

Ils travaillent de leur bateau à marée haute.

Et dans la vase à marée basse. …

Ici dans la baie, comme le sol est très plat, la mer découvre des kilomètres de vase en descendant. Mais attention, car au Mont St-Michel on dit que la mer remonte à la vitesse d’un cheval au galop!

C’est sur ces pieux de chêne qu’on élève les moules.

Ils sont plantés dans la vase, à marée basse, pour former des bouchots.

En suivant l’heure de la marée, les mytiliculteurs partent sur leur engin amphibie pour aller sur leur lieu de travail.

Nous allons écouter Monsieur Morisseau qui est mytiliculteur.

(Interview Daniel MORISSEAU)

DM: – Je m’appelle Daniel Morisseau. Je suis mytiliculteur en Baie du Mont St-Michel.

BC: – Pourquoi faites-vous ce métier-là?

DM: – Je fais ce métier parce que mon père le faisait, mon grand-père avant lui et puis j’aime ce métier.

BC: – Est-ce que vous gagnez bien votre vie?

DM: – Oui, c’est un métier qui permet de bien gagner sa vie, mais il y a des gros investissements à faire pour se moderniser. Le matériel coûte très cher.

BC: – Expliquez-nous la culture des moules.

DM: – Les bébés moules, c’est-à-dire, le naissant, se pose naturellement sur des cordes tendues dans la mer. Deux mois après, à peu près, on enroule ces cordes autour des bouchots où elles se développent et on les récolte un an après. Ces moules ont à peu près dix mois.

(Interview ouvrier)

B. C: – Monsieur, pourquoi vous mettez un plastique?

Ouvrier: – C’est pour empêcher les crabes de monter.

(Interview Daniel MORISSEAU)

BC: – Pouvez-vous nous parler de votre travail?

DM: – C’est la marée qui commande. On prend 1’engin amphibie. On roule jusqu’à la mer ….
…. on navigue jusque dans les bouchots sur notre lieu de travail.

Nous passons la demi-journée à travailler sur les bouchots ….
.… et nous repartons avec la récolte.

Après il y a le lavage, le triage, la mise en sac, l’expédition. Et le lendemain on recommence.

BC: – Comment voyez-vous l’avenir?

DM: – J’ai un fils. Il est encore petit et pour lui j’espère que ça ira, mais avec les problèmes de l’environnement c’est 1’inconnu, mais on fait des choses qui vont dans le bon sens, et on verra.

En tous les cas il n’y a pas de risque de surproduction …. car les Français adorent les moules.

 

[button link=»module-2-lecon-9″] précédent Module 2 – Leçon 9[/button] [button link=»module-2-lecon-10″ color=»silver»] suivant Module 2 – Leçon 10[/button]

Module 2 – Leçon 9

Un poisson Des poissons
Une moule Des moules
Un crabe Des crabes
Votre poisson Mon poisson
Ma petite Mélanie Ton dessin
Un dessin
Mon Ma Mes
Ton Ta Tes
Son Sa Ses
Notre Nos
Votre Vos
Leur Leurs
Gaël vend La dame achète Il vend
Il vend un crabe Il en vend un
-Vous en voulez combien ?
-Je vais en prendre un.
-Vous en voulez combien ?
-Je vais en prendre trois cents grammes.
-Il y a des moules ?
-Non, il n’y en a plus.

 

[button link=»module-2-reportage-8″] précédent Module 2 – Reportage 8[/button] [button link=»module-2-reportage-9″ color=»silver»] suivant Module 2 – Reportage 9[/button]

Module 2 – Reportage 8

Reportage 8: La cuisine bretonne.

Si un Français vous dit qu’il aime les galettes, le cidre et le beurre salé, vous pouvez être sûr qu’il est Breton.

Les galettes sont faites avec du blé noir. On les mange par exemple avec un oeuf, du jambon, du fromage, et souvent un morceau de beurre, salé!

Les crêpes sont faites avec du blé de froment. En dessert, on prend une crêpe avec de la confiture par exemple.

(Clients au restaurant)

– … il est meilleur s’il est frais.

La boisson traditionnelle, le cidre a à peu près le même taux d’alcool que la bière.

Encore maintenant, dans les fermes, on «fait» son cidre, même si la fabrication est de plus en plus souvent industrielle.

(Interview Jean COGER)

BC: – Vous faites votre cidre vous-même?

JG: – Bien sûr. Comme faisait mon père, mon grand-père même. Je fais environ mille litres de cidre par an, j’ai une cinquantaine de pommiers.

BC: – Et vous en vendez?

JG: – Non, c’est pour ma consommation personnelle, pour la famille, pour les amis. Vous savez, pour moi, faire le cidre, c’est un plaisir, c’est presque la fête. Et puis, c’est naturel et il est meilleur. A la vôtre! … Il est bon!


Dans les fêtes populaires, avec le cidre, on mange le sandwich breton. C’est une saucisse enroulée dans une galette.

Regardons maintenant ce que nous offre la mer.

De tous temps les Bretons ont pêché des fruits de mer, pour les manger ou pour les vendre.

(Interview Pêcheur à marée basse)

BC: – Monsieur qu’est-ce que vous pêchez comme ça?

Monsieur: – Eh bien, vous voyez, nous pêchons des praires, des palourdes, des coques et là aujourd’hui un crabe.

Du plus petit: la crevette grise, le bigorneau et la coque, en passant par la moule et l’huître, jusqu’au plus gros: le crabe et le homard, la variété des fruits de mer est très grande.

Si vous demandez un plateau de fruits de mer dans un restaurant, on va peut-être vous apporter tout ceci, cela dépend de la saison et du restaurant que vous avez choisi bien sûr.

Et pour terminer, voici une autre spécialité: le mouton pré-salé. Comme ils mangent l’herbe salée qui pousse dans la baie du Mont St-Michel, leur viande est pré-salée

Bon appétit! Et à toi aussi petit mouton.

Mouton: – Bêêêêê.

 

[button link=»module-2-lecon-8″] précédent Module 2 – Leçon 8[/button] [button link=»module-2-lecon-9″ color=»silver»] suivant Module 2 – Leçon 9[/button]

Module 2 – Leçon 8

On le prend Je le prends
Je prends celles-ci Celle-ci ? ou celle-là ?

 

[button link=»module-2-reportage-7″] précédent Module 2 – Reportage 7[/button] [button link=»module-2-reportage-8″ color=»silver»] suivant Module 2 – Reportage 8[/button]