Module 2 – Reportage 9

Reportage 9: Un paysan de la mer.

Vous reconnaissez la silhouette du Mont St-Michel n’est-ce pas?

Mais savez-vous que c’est ici qu’on produit le plus de moules en France? Oui, ici la production annuelle est de 10.000 T.

Ces hommes sont des mytiliculteurs. Les mytiliculteurs ce sont les paysans de la mer qui élèvent des moules.

Ils travaillent de leur bateau à marée haute.

Et dans la vase à marée basse. …

Ici dans la baie, comme le sol est très plat, la mer découvre des kilomètres de vase en descendant. Mais attention, car au Mont St-Michel on dit que la mer remonte à la vitesse d’un cheval au galop!

C’est sur ces pieux de chêne qu’on élève les moules.

Ils sont plantés dans la vase, à marée basse, pour former des bouchots.

En suivant l’heure de la marée, les mytiliculteurs partent sur leur engin amphibie pour aller sur leur lieu de travail.

Nous allons écouter Monsieur Morisseau qui est mytiliculteur.

(Interview Daniel MORISSEAU)

DM: – Je m’appelle Daniel Morisseau. Je suis mytiliculteur en Baie du Mont St-Michel.

BC: – Pourquoi faites-vous ce métier-là?

DM: – Je fais ce métier parce que mon père le faisait, mon grand-père avant lui et puis j’aime ce métier.

BC: – Est-ce que vous gagnez bien votre vie?

DM: – Oui, c’est un métier qui permet de bien gagner sa vie, mais il y a des gros investissements à faire pour se moderniser. Le matériel coûte très cher.

BC: – Expliquez-nous la culture des moules.

DM: – Les bébés moules, c’est-à-dire, le naissant, se pose naturellement sur des cordes tendues dans la mer. Deux mois après, à peu près, on enroule ces cordes autour des bouchots où elles se développent et on les récolte un an après. Ces moules ont à peu près dix mois.

(Interview ouvrier)

B. C: – Monsieur, pourquoi vous mettez un plastique?

Ouvrier: – C’est pour empêcher les crabes de monter.

(Interview Daniel MORISSEAU)

BC: – Pouvez-vous nous parler de votre travail?

DM: – C’est la marée qui commande. On prend 1’engin amphibie. On roule jusqu’à la mer ….
…. on navigue jusque dans les bouchots sur notre lieu de travail.

Nous passons la demi-journée à travailler sur les bouchots ….
.… et nous repartons avec la récolte.

Après il y a le lavage, le triage, la mise en sac, l’expédition. Et le lendemain on recommence.

BC: – Comment voyez-vous l’avenir?

DM: – J’ai un fils. Il est encore petit et pour lui j’espère que ça ira, mais avec les problèmes de l’environnement c’est 1’inconnu, mais on fait des choses qui vont dans le bon sens, et on verra.

En tous les cas il n’y a pas de risque de surproduction …. car les Français adorent les moules.

 

[button link=»module-2-lecon-9″] précédent Module 2 – Leçon 9[/button] [button link=»module-2-lecon-10″ color=»silver»] suivant Module 2 – Leçon 10[/button]