PIQUE NIQUE

Module 2 – Reportage 7

Reportage 7: De St-Malo à Dinan par la Rance.

Aujourd’hui nous vous proposons une promenade en bateau sur la Rance, de St-Malo à Dinan.

Autour de St-Malo il y a les remparts et la mer. Les remparts, comme le château, sont de la fin du Moyen-Âge. Après les bombardements de 1944 c’est tout ce qui est resté de la ville. Mais la deuxième guerre mondiale terminée, on a reconstruit St Malo en respectant les anciens plans.

Entre St-Malo et Dinard se trouve l’embouchure de la Rance, qui est pendant quelques kms comme un fjord breton.

Tout d’abord nous nous approchons doucement du barrage de la Rance, avec l’usine marémotrice que nous avons déjà visitée.

C’est le premier arrêt obligatoire. Chaque heure, le pont se lève et l’écluse s’ouvre.

Les riches armateurs malouins, c’est-à-dire les propriétaires des grands bateaux de St-Malo, ont habité dans des petits châteaux comme celui-ci, qu’on appelle une malouinière.

Les pêcheurs à la ligne aiment toujours venir ici même s’il y a de moins en moins de poissons.

Voici notre deuxième écluse qui va nous permettre de passer de l’eau salée à l’eau douce. Avant sa construction les effets de la marée étaient sensibles jusqu’à Dinan.

(Interview Pêcheur)

B.C: – Alors ça mord?

Pêcheur: – Ah non, il y a pas beaucoup de poissons, eh. C’est pour le plaisir et ça passe le temps.


Et autrefois c’était des bateaux de marchandises qui naviguaient sur la Rance. Des chevaux les tiraient et il fallait la journée pour venir jusqu’ici.

Nous, deux heures et demie après notre départ de St-Malo, nous arrivons au vieux port de Dinan.

Dinan est une des plus belles villes médiévales de Bretagne, où il faut prendre le temps de flâner.

Après la visite de Dinan, nous, nous allons retourner à St-Malo. Mais vous, si vous avez le temps, vous pouvez continuar sur la Rance.

Alors, vous allez trouver des écluses plus petites où vous allez pouvoir discuter avec l’éclusier.

(Interview Gérard LE COUGUEC, agent éclusier, Dinan)

BC: – Quand ouvrez-vous l’écluse?

GG: – Tous les jours de 8h30 à 19h30 à chaque bateau qui se présente.

BC: – Il y a beaucoup de bateaux?

GG: – L’été oui énormément, j’ouvre au moins vingt fois par jour l’écluse. Et 1’hiver c’est beaucoup plus tranquille.

BC: – Est-ce qu’il faut payer quelque chose?

GG: – Non, non c’est gratuit. Je suis fonctionnaire. Je suis payé par l’Etat.

BC: – Vous vous plaisez ici?

GG: – Énormément, c’est mon petit paradis.

Et en suivant le fleuve, ou le canal, vous allez arriver à Rennes.

Si vous voulez encore continuer, vous pouvez! Dans ce cas, vous allez traverser toute la Bretagne jusqu’à I’Océan Atlantique.

 

[button link=»module-2-lecon-7″] précédent Module 2 – Leçon 7[/button] [button link=»module-2-lecon-8″ color=»silver»] suivant Module 2 – Leçon 8[/button]

Module 2 – Leçon 7

Il est amoureux Elle est amoureuse
Il est heureux Elle est heureuse Ils sont heureux
Ils sont fiancés Ils ont mariés
Aujourd’hui c’est mercredi Demain c’est jeudi
Demain, vous allez venir à cinq heures Demain, je vais venir
tu vas venir il va venir
Demain elle va venir Demain nous allons venir Demain vous allez venir
Demain ils vont venir Demain elles vont venir
Qu’est-ce que tu vas faire ? Je vais à Saint-Malo
On va déjeuner ensemble Qu’est-ce que tu vas acheter ?
Tu vas voir On va se promener
Je vais à Saint-Malo On va déjeuner ensemble
Qu’est-ce que tu vas acheter ? Tu vas voir
Vous allez venir à cinq heures
Je vais acheter Tu vas
aller Il/elle/on va déjeuner
Nous allons faire
Vous allez voir
Ils/elles vont

 

[button link=»module-2-reportage-6″] précédent Module 2 – Reportage 6[/button] [button link=»module-2-reportage-7″ color=»silver»] suivant Module 2 – Reportage 7[/button]

Module 2 – Reportage 6

Reportage 6: 5000 ou 6000 F par mois.

Il fait bon vivre en Bretagne mais est-ce que c’est facile de gagner sa vie dans une région où 15% de la population active est au chômage? Nous allons poser cette question à Plouër, petit village entre Dinard et Dinan.

Rendons d’abord visite à Monsieur Simon qui est sculpteur-ébéniste.

M. Simon fait partie des 1 million d’artisans. Un artisan ça peut être un électricien, un plombier, un menuisier etc. C’est quelqu’un qui travaille de ses mains dans une entreprise le plus souvent familiale.

Jusqu’à la fin du Moyen-Âge tous les artisans étaient des artistes. D’ailleurs le mot artiste n’existait même pas.

Lorsqu’on visite l’atelier de M. Simon on a un peu l’impression de retrouver cette époque.

(Interview Jean-François SIMON, ébéniste)

BC: – Monsieur!

JFS: – Oui.

BC: – Est-ce que vous pouvez vous présenter?

JFS: – Je m’appelle Jean-François Simon, je suis sculpteur-ébéniste. J’ai 39 ans, j’habite à Plouër,j’ai… donc, je suis marié, j’ai quatre enfants.

B C: – Qu’est-ce qui vous plaît dans votre travail?

JFS: – J’aime le bois. C’est un métier où on touche à l’histoire, histoire de l’art et puis j’aime travailler avec mes mains.


BC: – Vous travaillez seul?

JFS: – Donc à 1’intérieur de l’atelier, je travaille seul, mais pour les grands travaux de restauration de bâtiments et de monuments on travaille donc en équipe avec d’autres artisans.

BC: – Est-ce que vous gagnez bien votre vie?

JFS: – Une fois que toutes mes charges sont payées, je gagne environ cinq ou six milles francs, mais ce n’est pas le premier intérêt du métier.

BC: – Comment voyez vous l’avenir?

JFS: – Je suis assez optimiste comme en ce moment il y a du travail et je touche du bois.

Près de l’atelier de M. Simon se trouve le port de plaisance. Nous allons maintenant descendre sur les bords de la Rance pour une autre visite.

Quand on ne trouve pas de travail chez un patron, on peut essayer de devenir soi-même patron, de créer une entreprise

C’est aussi ce que M. Alain Hugues a fait.

(Interview Alain HUGUES)

AH: – Je m’appelle Alain Hugues. ]’ai 45 ans. Je vis maritalement. J’ai une petite fille de six ans et je suis le patron de cette petite entreprise qui est un chantier naval

BC: – Qu’est-ce que vous faites dans ce chantier naval?

AH: – Nous entretenons les bateaux de plaisance. Nous les réparons et nous en construisons également. Vous voyez ici un petit bateau que nous avons construit.

BC: – Qu’est-ce qui vous plaît dans votre travail?

AH: – C’est d’être responsable et puis j’ai toujours aimé les bateaux.

BC: – Vous avez combien d’employés?


AH : – J’ai trois employés en permanence, parfois plus, s’il y a plus de travail, suivant les saisons j’emploie un intérimaire.

BC : – Vous gagnez bien votre vie ?

AH : – Cette entreprise n’a que deux ans et c’est difficile de commencer, mais environ 10.000 francs. Une fois remboursées les dettes, il m’en reste à peu près la moitié.

BC : – Comment voyez-vous l’avenir ?

AH : – C’est un secteur fragile, mais pour l’instant nous avons du travail et je suis optimiste.

BC : – Merci.

Pour créer des emplois, l’Etat aide les petites entreprises, comme celle-ci, à démarrer. Mais ensuite elles ont souvent du mal à survivre, car en France les charges patronales sur le salaire des employés restent très lourdes.

(Interview Eric DUCOLLET)

ED : – Je m’appelle Eric Ducollet. Je travaille au chantier d’Estuaire Marine comme mécanicien. J’ai 28 ans. J’ai trois enfants et je vis en concubinage.

BC : – Qu’est-ce qui vous plaît dans votre métier ?

ED : – Alors, j’ai déjà une grande passion pour la marine, pour tout ce qui concerne les bateaux. Le site est magnifique, l’endroit quoi et puis aussi le plaisir de travailler avec les copains.

BC: Vous gagnez combien par mois ?

ED : – Environ 6.000 francs selon le nombre d’heures travaillées.

BC : – Est-ce que vous êtes syndiqué ?

ED : – Non. Non, non dans les petites entreprises en France on n’a pas de syndicat on voit directement avec l’employeur quoi.

BC : – Et le futur ?


ED: – Alors le futur, et ben j’espère que la société va continuer à bien marcher, et puis, eh ben d’y faire carrière parce qu’en France il y a énormément de chômage et puis c’est dur d’avoir du travail quoi.

BC: – Merci.

ED: – Je vous en prie.

En France, le salaire minimum qu’on appelle le SMIC est de 5000 F net par mois. Oui, lorsqu’on parle des salaires en France, on parle toujours du salaire net, c’est-à-dire du salaire qui reste quand on a payé les cotisations de la sécurité sociale.

Entre 5000 et 6000 francs nets par mois c’est ce que gagnent environ la moitié des Français.

 

[button link=»module-2-lecon-6″] précédent Module 2 – Leçon 6[/button] [button link=»module-2-lecon-7″ color=»silver»] suivant Module 2 – Leçon 7[/button]

Module 2 – Leçon 6

Il dit au revoir à ses copains Il leur dit au revoir
Il dit bonjour à Loïc Il lui dit bonjour
Il donne le numéro de Jean à Gaël Il lui donne le numéro de Jean
Il téléphone à Jean Il lui téléphone
Il demande le chemin à une dame Il lui demande le chemin
Il parle à Gaël du travail Il lui parle du travail
Il me parle Il te parle
Il lui parle Il nous parle
Il vous parle Il leur parle
Il vient me chercher Elle m’aime beaucoup
Il vient te chercher Elle t’aime beaucoup
Il vient le chercher Elle l’aime beaucoup
Il vient la chercher Elle l’aime beaucoup
Il vient nous chercher Elle nous aime beaucoup
Il vient vous chercher Elle vous aime beaucoup
Il vient les chercher Elle les aime beaucoup
Il lui donne le numéro de téléphone de Jean Il lui a donné le numéro de téléphone de Jean
Il achète une télécarte Il a acheté une télécarte
Il téléphone à Jean Il a téléphoné à Jean
Il demande le chemin Il a demandé le chemin
Il regarde la répétition Il a regardé répétition
Il joue une pièce de théâtre Il a joué une pièce de théâtre
Il a donné Il a acheté
Il a téléphoné Il a demandé
Il a regardé Il a joué
Il prend la voiture de Jean Il a pris la voiture de Jean
Il va chercher la sur de Jean Il est allé chercher la sur de Jean
Il est allé Elle est allée
Ils sont allés Elles sont allées

 

[button link=»module-2-reportage-5″] précédent Module 2 – Reportage 5[/button] [button link=»module-2-reportage-6″ color=»silver»] suivant Module 2 – Reportage 6[/button]

Module 2 – Reportage 5

Reportage 5: La Thalassothérapie à Dinard.

Dinard est né à la fin du XIXè siècle… En France les années 1900 sont appelées par les bourgeois la “Belle Époque”.

Et c’est à cette belle époque que de riches familles anglaises décident de faire construire à Dinard leur résidence secondaire…

Picasso y a passé ses vacances dans les années 20

Dinard devient très vite une station balnéaire à la mode, avec par exemple son golf, un des premiers en France.

Beaucoup de ces touristes viennent au bord de la mer pour trouver un remède à leurs ennuis, à leurs soucis ou à leurs problèmes de santé.

Ainsi est née la thalassothérapie, mot qui vient du grec et veut dire: les soins par la mer.

(Interview d’une curiste)

B.C: – Madame, vous êtes ici pourquoi?

Curiste: – Je viens à la Thalassa pour me détendre, me relaxer. Je suis responsable d’une agence de publicité et j’ai une vie très stressante. De plus j’ai des enfants, un mari, donc quand je rentre le soir je m’en occupe. Aussi je… je me donne une semaine par an où je viens ici, seule, pour qu’on s’occupe de moi.

B.C: – Merci.

Curiste: – Je vous en prie.


(Interview Jean-Luc BRUNET, médecin)

B.C: – Docteur, est-ce que vous voyez tous les curistes?

J.L.B.: – Je vois tous les curistes individuellement et ensemble nous préparons le programme des soins pour la semaine.

Ici on vous enduit d’une pâte d’algues pour que des oligo-éléments marins pénètrent dans votre corps.

– Je mets une couverture chauffante. Voilà vous allez rester comme ça vingt minutes.

Là, un jet puissant d’eau de mer active la circulation de votre sang.

Sous l’eau, un autre jet détend vos muscles.

Dans cette baignoire vous êtes massé par l’eau de mer, ce qui vous rend tonique.

(Interview Bruno DERONNE, responsable)

B.D.: – Je m’appelle Bruno Deronne. Je suis responsonsable de l’Institut de Thalassothérapie de Dinard.

B.C: – Pourquoi les gens viennent ici?

B.D.: – Les gens viennent ici parce qu’ils sont stressés, fatigués et même surmenés. Ils ont besoin de faire une coupure.

B.C: – Combien coûte une cure?

B.D.: – Une cure coûte de 2.500 francs à 3.500 francs pour six jours. Si vous logez à l’hôtel c’est bien sûr plus cher.

B.C: – Est-ce qu’il y a autant d’hommes que de femmes qui suivent les cures?

B.D.: – Non. Il y a une majorité de femmes. En 1993 sur 5000 curistes qui sont venus ici, il y avait environ 3000 femmes soit 65%.


B.C: – Et est-ce qu’il y a beaucoup de clients étrangers?

BC.: – Relativement peu de clients étrangers, ce sont surtout des Belges et des Suisses. Ils représentent 5%.

B.C: – Et comment expliquez-vous le succès de la Thalassothérapie en France?

B.D.: – Notre époque demande de plus en plus d’énergie aux hommes et surtout aux cadres. Ils sons stressés, surmenés et ont besoin de récupérer rapidement. Ici, à Dinard, en six jours, ils peuvent le faire grâce à la Thalassothérapie.

B. C: – Merci.

B.D.: – Je vous en prie.

Il y a en France 40 centres de Thalassothérapie qui reçoivent 200.000 personnes chaque année. Mais il suffit souvent de passer ses vacances simplement au bord de la mer pour retrouver la forme.

 

[button link=»module-2-lecon-5″] précédent Module 2 – Leçon 5[/button] [button link=»module-2-lecon-6″ color=»silver»] suivant Module 2 – Leçon 6[/button]

Module 2 – Leçon 5

Connaître: Je connais Tu connais
Il connaît Nous connaissons
Vous connaissez Ils connaissent
Elle est grande et mince Elle est grosse. Elle est mince.
Elle est châtain Elle est belle et intelligente
Un renseignement Il faut combien de temps pour
Les horaires Je connais
Tu connais Il connaît
Nous connaissons Vous connaissez

 

[button link=»module-2-reportage-4″] précédent Module 2 – Reportage 4[/button] [button link=»module-2-reportage-5″ color=»silver»] suivant Module 2 – Reportage 5[/button]

Module 2 – Reportage 4

Reportage 4: La marée et l’usine marémotrice de la Rance.

La Baie du Mont-St-Michel en Bretagne est un des lieux où les marées sont les plus fortes du monde.

Ici, la différence de niveau entre la marée haute et la marée basse peut atteindre 16 mètres.

Regardez bien, vous allez voir la même plage à différents moments de la journée.

La mer monte et descend 2 fois par jour. Il y a donc 4 mouvements d’eau. La hauteur varie avec la lune.

A marée basse on peut sans problème se promener pendant 2 ou 3 heures sur le fond sableux et ramasser des coquillages.

(Interview Dame)

BC: – Madame, vous aimez venir ici à marée basse?

Dame: – Oui, grâce à la marée j’ai trois plaisirs: celui de ramasser des coquillages, le plaisir de se promener et le plaisir de les manger.

Et grâce à la marée, le paysage change tout le temps.

Mais la marée c’est aussi une source d’énergie que l’homme a autrefois utilisée en construisant des moulins.

Et depuis 1966, il y a ici une usine unique au monde qui transforme l’énergie de la marée en électricité.

C’est l’usine marémotrice de la Rance.


(Interview Marc RODIER, Directeur de I’Usine)

BC: – Est-ce que vous pouvez vous présenter?

MR: – Oui je suis Marc Rodier, le directeur de l’usine marémotrice de la Rance.

BC: – Quels sont les côtés positifs de l’usine?

MP: – Cette usine utilise l’énergie des marées pour produire de l’électricité, c’est une énergie qui par définition est éternelle, gratuite et non polluante.

BC: – Et quels sont les côtés négatifs?

MP: – Les côtés négatifs sont également liés à la marée. C’est-à-dire qu’on ne peut pas produire à n’importe quel moment de la journée.

BC: – Est-ce que ce type d’usine a un avenir?

MA: – Après trente ans de fonctionnement, les résultats sont bons, voire excellents. Cependant peu de sites sont équipables dans le monde.

BC: – Merci et bonne continuation.

MR: – Merci.

Cette usine peut fournir en électricité une ville comme Rennes, qui a 200.000 habitants.

D’un côté du barrage il y a donc la mer et de l’autre, un fleuve, la Rance.

Autrefois, il y avait ici beaucoup de poissons et d’oiseaux.

Mais depuis la construction du barrage il y en a de moins en moins.

Alors vous voyez, l’énergie de la marée n’est peut-être pas si écologique qu’on le dit.

 

[button link=»module-2-lecon-4″] précédent Module 2 – Leçon 4[/button] [button link=»module-2-lecon-5″ color=»silver»] suivant Module 2 – Leçon 5[/button]

Module 2 – Leçon 4

Il va à la banque Des traveller’s chèques
Elle signe en bas Un passeport
Un passeport Une carte bancaire = une carte bleue
Une pièce d’identité Une carte d’identité
Un passeport Aller
Il va à la banque Il est allé à la banque
J’ai acheté une télécarte Il a acheté une télécarte
Elle a acheté une télécarte Il a demandé à la dame
Il a téléphoné à Jean Il téléphone
Il a téléphoné Il est allé
Elle a téléphoné Elle est allée
Ils ont téléphoné Ils sont allés
Elles ont téléphoné Elles sont allées

 

[button link=»module-2-reportage-3″] précédent Module 2 – Reportage 3[/button] [button link=»module-2-reportage-4″ color=»silver»] suivant Module 2 – Reportage 4[/button]

Module 2 – Reportage 3

Reportage 3: L’école maternelle.

Les écoles maternelles se sont développées en France pendant la première guerre mondiale: Quand les hommes se battent, les femmes travaillent à leur place, alors il faut bien s’occuper des enfants.

Les écoles maternelles sont facultatives, mais pratiquement tous les enfants y vont, dès que possible, c’est-à-dire quand ils ont deux ans et sont propres.

Comme pour tout le système scolaire français, il y a soit les écoles publiques, qui sont laïques et gratuites, soit les écoles privées qui sont, en général, catholiques et payantes. Ici nous sommes à l’école maternelle publique de Pleslin où nous allons poser quelques questions.

Enfant:– Je l’ai pas.

(Interview Alexi GROLIER)

BC.: – Bonjour.

AG:– Bonjour.

BC: – Tu as quel âge?

AG: – Cinq ans.

BC.:– – Tu t’appelles comment?

AG.: – Alexi.

B C: – Qu’est-ce que tu aimes bien faire à l’école?

AG.: Jouer. Faire des puzzles…

(Interview Agnès PRESSE, Directrice)

AP: – Je m’appelle Agnès Presse. Je suis directrice de l’école maternelle de Pleslin et j’enseigne aussi aux enfants de cinq ans.

B C: – A propos, les enfants ont quel âge à l’école maternelle?


AP: – Les enfants ont entre deux et cinq ans.

BC: – Est-ce que tous les enfants vont à l’école maternelle?

AP: – L’école maternelle est facultative mais pratiquement tous les enfants y viennent et dès l’âge de deux ans.

BC: – L’école maternelle est ouverte quand?

AP: – L’école est ouverte de 9h à 16h30 sauf le mercredi et le samedi.

BC: – Que font les enfants le mercredi?

AP: – Le mercredi si l?un des parents reste à la maison, l’enfant y reste également. Sinon ils peuvent être confiés à une nourrice ou par exemple à une grand-mère.

Les enfants peuvent manger à l’école à midi.

(Interview Femme de service)

Femme: – Le midi à l’école les enfants ont trois plats: une entrée, un plat principal et un dessert.

BC: – Et combien est-ce que les parents payent par repas?

Femme: – Le prix d’un repas est de 13F, mais la commune subventionne.

Oui, les parents payent 13F et la commune paye le reste.

Tous les enfants ne mangent pas à l’école. Certains rentrent pour déjeuner à la maison entre 11h30 et 13h30.

Après le déjeuner les petits doivent faire la sieste. Ce n’est pas toujours facile!

– Est-ce qu’on va donner à manger au poisson maintenant? …

Ça y est? Est-ce qu’il a mangé?

(Interview Béatrice Ambemdtson, institutrice)

BA:– Je m’appelle Béatrice Amberndtson et je suis institutrice à l’école maternelle à Pleslin.

BC: – Les enfants ont quel âge?

BA: – Dans cette classe les enfants ont entre deux et trois ans.

BC: – Ils sont combien par classe?


BA: – Par classe il y a entre 20 et 25 enfants. Mais il y a également une aide maternelle qui nous soutient dans notre travail.

BC: – Qu’est-ce qu’ils apprennent à deux ans?

BA: – A deux ans les enfants apprennent surtout à vivre en groupe, à maîtriser leurs corps, à faire des dessins, à écouter des histoires, de la musique etc.

BC: – Merci

BA: – Je vous en prie.

– Plein, plein pour que la plante ait beaucoup à manger.

– Tu remets un peu de terre.

Après l’école maternelle, il y a l’école primaire, puis le collège et peut-être le lycée.

En tous les cas il faut aller à l’école au moins jusqu’à 16 ans, et ce n’est pas facile.

Alors les enfants, profitez bien de l’école maternelle.

 

[button link=»module-2-lecon-3″] précédent Module 2 – Leçon 3[/button] [button link=»module-2-lecon-4″ color=»silver»] suivant Module 2 – Leçon 4[/button]

Module 2 – Leçon 3

Il téléphone à Jean Il lui téléphone
Gaël lui téléphone Je lui téléphone
Tu parles à Maurice Tu lui parles
Sophie demande à Claire Sophie lui demande
Sophie demande à Loïc et à Claire Sophie leur demande
Elle me demande Elle te demande
Elle lui demande Elle nous demande
Elle vous demande Elle leur demande
Il parle à Sophie Il lui parle
En haut Salle de bains Une pièce Une chambre
Derrière Une cuisine Une pièce Devant
Parking Jardin En bas
En bas : une grande pièce, une cuisine
En haut : une salle de bains, une petite chambre, une autre grande pièce.
Devant : un petit jardin
Derrière : un parking pour la voiture

 

[button link=»module-2-reportage-2″] précédent Module 2 – Reportage 2[/button] [button link=»module-2-reportage-3″ color=»silver»] suivant Module 2 – Reportage 3[/button]